Les pathologies les plus fréquade l'audition

AdobeStock_203676997_Preview.jpeg

La presbyacousie

C’est la baisse d’acuité auditive la plus fréquente. Le plus souvent liée à l’âge, elle commence à se faire ressentir dans les milieux bruyants. La presbyacousie occupe une place importante non à cause de la gravité du handicap engendré, mais parce que la quasi-totalité des personnes est atteinte. Les presbiacousiques forment la majorité de la clientèle des audioprothésistes.

AdobeStock_338725469_Preview.jpeg

Les acouphènes

L’acouphène se définit comme une perception auditive (sifflements, bourdonnement) sans source extérieure. D’abord temporaire, il peut vite devenir handicapant s’il vient parasiter de façon permanente la vie du sujet.

AdobeStock_133571389_Preview.jpeg

L'hyperacousie

L'hyperacousie est la perception de sons à un niveau plus élevé que la normale cette sensation de forte intensité sonore s'accompagne d'audition douloureuse. L'hyperacousie est quelquefois accompagnée d'acouphènes. Elle peut être associée à une perte auditive légère ou modérée.

La perte auditive peu être plus ou moins importante,

 

les surdités sont classées de légères à profondes en fonction
du degré d'atteinte du sytème auditif.

Légères
de 20 à 40 dB de perte

Premiers signes de baisse de l’acuité auditive : la télévision ou en groupe. Elle déclenche la mise en place de compensations par le cerveau pour éviter les confusions phonétiques. C’est la suppléance mentale. Le contrôle par un médecin spécialiste ORL s’impose pour éviter la sous stimulation des aires auditives cérébrales.

Moyennes

de 40 à 70 dB de perte

Difficultés plus fréquentes en groupe, vous montez le son de la télévision pour bien entendre, vous faites répéter vos interlocuteurs, votre entourage vous fait des remarques.

Sévères

de 70 à 90 dB de perte

La communication est très difficile

Profondes

plus de 90 dB de perte

Pas de communication possible sauf en lecture labiale ou langage des signes.

Vous souhaitez de l'aide ?